ÇáãÓÇÚÏ ÇáÔÎÕí ÇáÑÞãí

ãÔÇåÏÉ ÇáäÓÎÉ ßÇãáÉ : Pollution de l’air par les composes organiques volatils (cov) :


MAHDI-ENVR
20-03-2014, 18:44
POLLUTION DE L’AIR PAR LES COMPOSES ORGANIQUES VOLATILS (COV) :
I. 2.1. Définition des COV :


Les composés organiques volatils, ou COV sont des hydrocarbures (composés constitués de carbone et d’hydrogène ; ce dernier peut être partiellement ou totalement substitué par des halogènes, des atomes d’oxygène, de soufre, de phosphore ou d’azote) dont la pression de vapeur saturante est au moins égale à Pv &**8805; 0,01 kPa à une température de 293,15 K et à la pression atmosphérique (101,325 kPa) : c'est-à-dire pouvant facilement se trouver sous forme gazeuse dans l'atmosphère. Ils peuvent être d'origine anthropique (raffinage, évaporations de solvants, imbrûlés...) ou naturelle (émissions par les plantes) [ 6-7 ].
La nature des composés organiques volatils émis dans l'atmosphère est extrêmement diverse. Au cours des dernières années, les organismes ayant vocation à étudier l'environnement extérieur ont donné une signification bien précise au terme COV en considérant les composés sous l’angle de la photochimie atmosphérique.
Outre leur nocivité pour l’homme, les COV sont des précurseurs d’ozone dans la basse atmosphère, de plus, ils ont un rôle dans l’appauvrissement de la couche d’ozone (stratosphère) et dans l’effet de serre.
I. 2.2. Nature et sources émettrices des COV :
On peut distinguer deux types de sources anthropiques d’émission de COV :
a- Les sources fixes :
• Le secteur industriel :
Ce secteur comprend des industries telles que l’industrie minière, les industries de la fonte et de l’affinage, l’industrie manufacturière, la foresterie et l’industrie pétrolière et gazière. Parmi elles, l’industrie pétrolière et gazière est celle qui émet le plus de COV.
• Les centrales électriques alimentées au charbon, au pétrole et au gaz naturel :
Dans la production d’électricité, il y a émission de COV quelque soit le combustible fossile utilisé.
• Les activités agricoles :
L’élevage et l’utilisation de fertilisants dans l’agriculture émettent faiblement des COV.
• Les produits de consommation et les produits commerciaux :
Les peintures et les solvants présents dans de nombreux produits que nous utilisons sont responsables d’une grande partie des émissions de COV. De plus, le transport et le stockage des produits de l’industrie du pétrole (carburants et solvants) sont responsables, dans une grande mesure, des émissions globales de COV; par exemple, les ‘‘tankers’’ dans les ports sont une importante source d’émission de COV [6].
b- Les sources mobiles (contribution du trafic routier) :
Le transport aérien, routier, ferroviaire et maritime de personnes et de marchandises et les véhicules hors route sont à l’origine de 30,1 % des émissions de composés organiques volatils totaux (COV).
Le trafic routier est avant tout un phénomène urbain. Son ampleur varie avec le degré de motorisation des pays et pour un même pays avec l’intensité de la circulation suivant les régions. La présence des COV dans les effluents des véhicules automobiles est due à la combustion du carburant avec oxydation incomplète. Les émissions varient en fonction de plusieurs paramètres tels que le régime du moteur et sa température, l’entretien du véhicule, l’existence éventuelle d’un catalyseur à bord du véhicule… etc[ 8, 9 ].
On estime qu’environ 50 à 60% des hydrocarbures émis dans l’atmosphère des grandes villes sont imputables au trafic routier [9].
Les deux figures ci-dessous représentent les émissions de COV par secteur d’activité de deux pays des plus industrialisés au monde qui sont les Etats-Unis et le Canada.
Dans les deux cas, nous remarquons que les sources d’émissions de COV les plus importantes sont bien le secteur des transports, l’industrie pétrolière et l’utilisation de solvants.

YOUCEF ALKASI
13-07-2014, 18:25
ÔßÑÇ
áß íÇÕÏíÞ